lundi 11 juillet 2016

Le fortin du bon sens IV - les pavés dans la mare de l'IEF

Qu'il est difficile à tenir, ce fortin, quand on l'assaille avec force de loi(s).

Les veilleurs se regardent en chien de fusil, incapables de s'accorder sur les armes à brandir, les jeteurs de ponts en balancent les pavés, les nuages noirs de l'orage pèsent un tel poids que des parasites vrombissant viennent nourrir l'exaspération de tous.

Est-on obligé de tomber d'accord ? D'être unis comme un seul alors que nous sommes multiples ? Ne peut-on pas considérer ça comme un atout, devant l'échec des premières salves des premiers veilleurs, devant le temps qui joue à la fois pour et contre nous, d'avoir un filet à lancer pour nous repêcher à la fin août si les actions associatives n'aboutissent pas ? N'est ce pas un atout d'avoir un filet perfectible, et qui puisse aussi se ravauder, dans un langage que les Bousillators EN2016 d'en face puisse comprendre ?

Vous la voulez, ma liste utopique à moi ?

1. Déclaration annuelle facultive à l'EN, à la mairie et à la CAF. Mais si déclaration il y a alors allocation de rentrée scolaire il y a aussi. Donnant-donnant. Augmentation de l'allocation de rentrée scolaire. Ouais. Parce que s'engager volontairement à être inspecter, s'engager officiellement avec cachet de la poste faisant foi, ça demande des couilles.

2. En cas de déclaration, inspection annuelle EN et mairie. La déclaration engage jusqu'à l'inspection de l'EN (la seconde inspection le cas échéant).

3. En cas de déclaration, une seule signature d'un responsable légal. EN et IEF à égalité, merde quoi. Et si marasme familiale il y a, on claque des thunes dans la médiation, ça vaut le coût.

4. En cas de déclaration, plusieurs dates d'inspection proposées au plus tard un mois avant. En cas de déclaration, négociation du lieu d'inspection (domicile, locaux, autres lieux plus neutres, etc... l'imagination n'est pas interdite en France.) dans le plus grand intérêt de l'enfant. Possibilité de demander un autre ien à ce moment là si aucun terrain d'entente n'est possible. (Si pas de terrain d'entente possible avec un second inspecteur, remboursement de l'ars = liberté pédagogique préservée, et équité préservée entre EN, CAF et famille).

5. En cas de déclaration, charge aux familles prévenir une quinzaine à l'avance l'inspecteur sur quoi il va tomber. Histoire qu'il puisse refiler le bébé à un autre ien si le clash s'annonce inévitable. Oui, il serait aussi permis et recommandé à un inspecteur (anti-unschool par exemple, m'enfin, avec la déclaration facultative, le problème se résous en grande partie) de se désister pour préserver la paix des familles. 

6. Modalités de l'inspection négociées à l'avance à partir d'un dossier pédagogique ou bien déroulement type entretien/présentation-tests. Tout le monde sait ce qu'il a à faire le jour J. Une inspection à trois acteurs, le parent, l'inspecteur et l'enfant. Pas de pseudo conseillère pédagogique. Un inspecteur est assez grand pour se démerder, c'est son job.

7. Une inspection ne peut aboutir à une injonction de scolarisation en établissement. Si l'enfant est en danger, maltraitance etc, y'a des services sociaux pour ça. En cas de doutes concernant l'instruction, 2nd contrôle, et si doutes toujours, obligation de déclaration de l'ief l'année suivante (charge aux parents de mener leur propre réflexion tout en préservant leur liberté pédagogique). Les parents peuvent toujours choisir de scolariser leur enfant dans un établissement (public ou prive sous/hors contrat). La liberté d'instruire et la responsabilité incombent aux parents. S'ils laissent leur enfant devenir un connard de la pire espèce, ils le regretteront et le paieront de toute manière lorsqu'ils seront vieux et incontinents par la négligence dont leur môme fera preuve envers eux. Laissons la nature rendre les coups de bâton. 

8. En cas de déclaration, des aides à l'accès aux professionnels pour les enfants aux besoins spécifiques (dys, TDA, etc...). 




Ouais, hein, c'est bien loin des propositions de Laurence des Chroniques du Poulailler que je soutiens dans la situation actuelle.
Et alors ?
Est-ce que pour autant je dois porter des oeillères pour ne pas voir dans quelle mare vaseuse l'ief a été jetée par une Éducation nationale pourrissante ?
On ne sort pas des sables mouvants en sautant d'un bond hors de la fange. S'agiter frénétiquement ne fait qu'accélérer l'enlisement. D'abord, on respire doucement, on s'allonge de tout son long sur toute la surface, et on progresse lentement pour sortir ses jambes de là, et puis tout aussi doucement pour regagner la terre ferme et la liberté.

14 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord avec tes propositions et pourtant pas d'accord avec la majorité de celles de Laurence. Enid, je t'encourage à lire et relire pourquoi ça ne peut pas correspondre à bon nombre de familles. Et comme Poule ou coq, je ne comprends pas cette volonté de ne pas entendre ces voix.
    Il ne s'agit pas d'être d'accord ou pas, chacun pense et fait ce qu'il veut, il s'agit d'être d'accord avec le fait que Laurence souhaite présenter ses demandes comme si elle couvraient les voix des familles IEF. Elle est où la liberté là ? Il est où le respect des autres familles?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle se propose surtout de présenter ces propositions au nom des familles signataires. Il ne faudrait pas lui prêter des ambitions despotiques et démesurées.

      Supprimer
    2. Isa Lise je ne crois pas avoir écrit où que ce soit que je présenterai mes demandes au nom des familles IEF dans leur ensemble...je n'ai pas autant d'ambition !

      Supprimer
    3. C'est malheureusement encore trop. Ne soyons pas naïves, ils le prendront comme un encouragement.
      Enid tu as pu lire quelques retours bouleversés sur FB, tu vois bien que ça ne soucie pas seulement les familles pro-unschooling.
      Lis également le message de S'amuser ensemble aujourd'hui édifiant...
      Oui Laurence essaie de proposer des tests qu'elle pense respectueux mais une fois encore c'est le principe même des tests qui ne l'est pas car les faire passer ne signifie absolument pas que la formation des personnes en charge du contrôle suivra.
      Tu peux dire adieu à ton punk schooling, n'en as-tu pas conscience ?

      Supprimer
  2. Réponses
    1. La fin du billet indique que malheureusement, aujourd'hui, nous n'avons pas la possibilité de demander autant de respect ni autant de liberté, l'EN, le gouvernement et une très grande partie Parlement ne sont pas prêts à l'entendre.

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup aussi !
    Je trouve notamment l'aspect préparation (= prévenir l'inspecteur de ce sur quoi il va tomber) particulièrement important. ca demande de l'implication de la part des deux parties, ça pose un cadre, ça part bien, quoi. Bref, les 5 & 6, je vote deux fois pour.

    Et j'aime bien l'idée de plusieurs dates proposées, d'autant qu'à mes yeux ça viendrait pallier aux problèmes de déplacement dont on parle parfois. A mon sens, une fois par an, pour une date un peu souple, il peut y avoir moyen, même pour une famille-sans-voiture, de dégoter un voisin compatissant qui jouera les chauffeurs, ou toute autre solution de fortune.

    Evidemment, l'ars me fait complètement fantasmer. Mais c'est parce que je suis vénale. Et puis probablement à tort d'ailleurs parce qu'il faudrait que je vérifie, mais nous dépasserions probablement le plafond. C'est pas grave, savoir que "j'y aurais droit si" suffit à ma cupidité sans bornes.

    Enid, merci en tous cas de ton positionnement en faveur de l'apaisement. Moi je suis contente que des propositions intiales aient été faites, même si je ne les approuve pas forcément; mais elles ont le mérite d'exister.
    Elles ont eu le mérite d'inciter Isa à en faire d'autres.
    Et maintenant, si au lieu de se positionner contre les unes ou les autres, nous travaillons à construire des propositions tierces POUR & respectueuses des réalités de chacun, chat peut être pas mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apaisement il y aura quand on saura tous et toutes à quelle sauce nos enfants et nous serons mangé(e)s. Mais apaisement de moi-même il doit y avoir, après tout ce remue-méninges, non pas parce que je change d'avis pour cette situation-ci aujourd'hui, mais bien parce que je suis hypersensible, et que toutes ces tensions et cette incertitude, je les somatise direct dans mon corps via un kyste (toujours le même, lui et moi, c'est une longue histoire) et c'est un jeu dangereux. Au programme donc de la semaine à venir, drill mental, méditation, un peu d'écriture non militante, beaucoup d'écritures sur tout autre chose. Dans une semaine, il se sera résorbé, et qui sait, peut-être que la situation aura décanté et que "nous travaill[er]ons à construire des propositions tierces POUR & respectueuses des réalités de chacun" (punaise, les réalités de NVB, va falloir la kidnapper pour la faire parler)(et la rançon, c'est pour toutes les ARS non versées)(et il est bientôt minuit, l'heure de dire des conneries).

      Supprimer
    2. Ouille pour ton kyste, bon combat !

      et moi aussi ça me travaille; d'autant qu'il n'est pas toujours évident, dans les différentes conversations/escarmouches croisées qui se déroulent sur le web, d'aller rechercher les embryons de propositions concrètes qui se cachent au milieu.
      Mais j'avais beaucoup aimé l'intervention de Marie-Hélène dans ce sens !
      et je l'ai déjà dit, la tienne.

      ainsi que tes idées concernant NVB.
      je viendrai donc régulièrement chatouiller tes commentaires autour de minuit ;-)

      Supprimer
    3. Gwen j'applaudis à ton message qui parle d'union, de s'écouter...

      Enid, nous sommes nombreux à en vivre les conséquences dans nos corps et tout le monde n'a pas directement visé Laurence ou celles qui la suivent dont toi, mais bien les propositions.

      Par respect pour toi et ta santé, je ne vais plus revenir discuter sur ton blog après ce message. Je suis triste de voir que la peur conduit à des actions qui ne peuvent pas être respectueuses des enfants avec tests imposés. Mais j'ai l'impression que quoi que je dise, quels que soient les faits que j'énonce, quels que soient les témoignages qui sont postés ici et là, ça ne change rien... Ces témoignages ne sont pas entendus.

      Pourtant je le répète encore, tout n'est pas à jeter dans les propositions de Laurence, nous pourrions très bien parvenir à quelque chose de correct sans imposer ces foutus tests qui sont la porte ouverte à tous les excès car ils ne seront pas blindés comme le pense Laurence (il suffit une fois encore de lire les témoignages) et parce qu'ils feront tout reposer, une fois encore, sur les épaules des enfants.

      Je suis sincèrement désolée d'avoir contribué à te bouleverser, mais je crains fort que tu ne regrettes ce soutien à ces propositions si les tests sont imposés et c'est pourquoi j'ai insisté. Jamais je n'ai cherché à te blesser, à t'agiter. Alors je vais arrêter là, j'ai dit tout ce que j'avais à dire.

      Je te souhaite d'aller bientôt mieux. Prends soin de toi. Profite bien de ton petit arc-en-ciel !

      Supprimer
    4. Ne te sens surtout pas enc ause pour quoi que ce soit, Isa Lise, au contraire exprime-toi ici autant que tu le souhaites.
      J'ai expliqué pourquoi mon soutien en long et en large, et je publie maintenant sur un autre ton pour l'après, pour quand nous aurons vraiment voix au chapitre ! Je crois même qu'il serait bien plus utile de démarcher dès maintenant les probables candidats à la présidentiel et au ministère, et les taner et leur arracher des promesses (enfin s'ils sont de bonne volonté, ils souffriront moins, gniark gniark gniark), et leur donner toutes nos listes et les possibilités de mise en oeuvre. C'est con, Hulot s'est désisté.

      Supprimer
    5. Et puis c'est chouette, un espace discussion où on peut s'entendre, où le discours est moins brouillé par les querelles de chapelle !

      Tu vois Isa, par exemple, je crois que c'est à toi que je dois mon regard critique sur les tests. A force de te lire, de comprendre les difficultés à travers lesquelles tu as accompagné tes filles, j'ai changé ma manière de voir les choses. Ou plutôt, j'ai remis en cause qqch que je considérais comme acquis, évident.

      Et typiquement, sur cet aspect, je me dis: si pas test, que pourrions nous proposer de concret à la place ? Est-ce qu'un entretien oral avec l'enfant, en présence des parents, commençant par des questions plus générales sur les centres d'intérêts de l'enfant, son quotidien IEF, puis avec des questions plus ciblées
      du style
      "ah, alors tu as aussi appris des choses sur l'histoire, pourrais tu me parler d'un point qui t'a passionné ?" et hop on creuse à coup de "ah oui, et ça se passait quand ça ? et pourquoi ?" : OK, pas OK
      ou "tiens, en mathématiques, peux tu me raconter ce que tu sais sur la soustraction" : OK, pas OK ?

      C'est probablement mon vieux fond de recruteuse qui parle, là, mais je me dis, travailler sur une trame d'entretien, une série de questions types à adapter, ça pourrait permettre à l'EN d'avoir un mode d'emploi concret à se mettre sous la dent, et des idées de questions "ok" à poser, bref une aide, un tuteur pour prendre la bonne posture, mais qui soit à la fois rassurant pour l'EN ("ah oui, tiens, en fait c'est vrai que ces questions me permettent de creuser un certain nombre de points mais de manière plus souple") et structurant pour tout le monde.

      C'est complètement à côté de la plaque ou ?

      Supprimer
  4. Moi aussi, je pense avec toi. Et que si moi aussi je pense qu'hélas, c'est pas demain la veille, j'aime à penser qu'en tendant très fort vers, un jour prochain, on y viendra.
    Haut les coeurs!

    RépondreSupprimer
  5. Merci Enid pour ton invitation, merci aussi pour le ton apaisé de ta réponse. :)

    Je me permets simplement d'ajouter ceci alors (ajout sur mon blog sur le billet intitulé "17 propositions pas sans conséquences, 9 propositions en retour" :
    "Autre problème fondamental à ne pas négliger : inscrire les tests dans la loi c'est risquer qu'une nouvelle circulaire, un nouvel amendement ajoute des précisions comme le suivi du programme annuel et des méthodes en vigueur... Ne mettons pas le doigt dans un engrenage dont nous ignorons où il nous conduira..."
    Je ne viendrai pas lire ta réponse ou d'autres peut-être, j'ai besoin de passer à autre chose.
    Bises.

    RépondreSupprimer