lundi 9 octobre 2017

La longue attente

C'est tellement long, pour la mioche ! Il a d'abord fallu attendre deux mois. Deux longs mois avant d'être certaines de pouvoir acheter notre terrain. Et maintenant, nous attendons la notaire qui traine ! Si ça avait été du pouvoir de l'agence, nous signions le dimanche 1er octobre ! Brave agent immobilier, elle avait pourtant accompli sa part de travail, et pris les devant pour une signature au plus tôt. Oui, on me rétorquera "ce ne sont que 9 jours"... 9 jours sur 31, y'a de quoi enrager quand on est pris dans une course contre le mauvais temps.
Non pas que ça me dérange de déménager sous la pluie, mais allez faire convenablement sécher des peintures quand l'hygrométrie empoisse l'atmosphère !

La mioche n'en voit pas le bout. Elle a peur que la dame de la Chambre de l'Agriculture revienne sur sa décision. Elle a peur de voir ce terrain nous être refusé. C'est le pendant "gestion émotionnel" de toute implication de l'enfant dans le projet familial. Et c'est un formidable moment d'enseignement : s'accrocher, inventer des solutions, ne jamais baisser les bras, avoir confiance dans le meneur du projet (et ne pas lui briser les roubignoles pour des histoires de formes de pâtes à soupe quand la liste des appels téléphoniques à passer est longue comme deux bras), faire sa part (aide à la fermeture des cartons, ranger systématiquement son bureau puisque c'est la seule surface libre pour poser trésors de balade, œuvre en cours, chat qui dort, paire de lunettes de maman qui sieste aussi), et surtout, ne jamais s'apitoyer sur son sort, faut pas déconner.

Et c'est là que l'école à la maison devient une balise dans cette tempête. Chaque jour, nous avons deux heures et demi pour nous deux, à prendre le temps, sans penser à rien d'autre qu'à découvrir un objet, une histoire, qu'à jouer un brin avec les nombres, dessiner, entrainer sa main à tracer cette écriture qui promet d'être jolie. D'ailleurs, l'attente est encore longue pour Tara. Dans la maison de toile, son bureau sera à un mètre cinquante du poêle à bois, un pot de tisane toujours fumante à portée de main, hygge quoi. Et il y a même suffisamment de place pour inviter une copine ou un copain de Tara à dormir à la maison ! 21,6 m2 de confort.

Allez, c'est l'heure de téléphoner au notaire, au ramoneur, au magasin de matériaux de construction, ...

2 commentaires:

  1. Merci de nous faire partager cette belle aventure. (je crois que c'est la première fois que je commente sur votre blog.Je suis maman de 3 enfants en IEF).
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer