vendredi 17 avril 2015

Le nom et le son

Cette histoire de nom et de son des lettres mérite plus qu'une réponse brève perdue dans les commentaires.

Par quoi commencer l'apprentissage de la lecture, le son ou le nom des lettres ?

Je tiens en très haute estime la capacité fulgurante de l'enfant à faire la liaison entre les concepts et les pratiques courantes (il faut juste parfois faire preuve d'un peu de patience).

Aussi, commencer par laisser l'enfant apprivoiser le code commun qu'est l'alphabet de 26 lettres, lui permettre de faire le lien entre cet outil de communication, les histoires lues à voix haute et le langage, c'est bien étudier une notice pleine de vis et de rondelles et d'écrous, avant de se lancer dans le boulonnage de la construction proprement dite.

Il s'avère aussi, que dans la vie courante de tous les jours au beau milieu du monde des vrais gens, on épèle les mots par le nom des lettres (au téléphone, au guichet), les adultes déchiffrent spontanément les écritures pour les plus jeunes (les leurs ou ceux des autres) par le nom des lettres PUIS par leur(s) son(s), en mettant l'accent sur tout ce qui est irrégulier.
Quel fou rire entre une amie patronne de bar et Miochette quand Tara a découvert avec elle que Oréli s'écrivait en réalité Aurélie : "Tiens, c'est trop bizarre ça !"

Je ne sépare pas le nom du son. Mais comme le son change selon les circonstances, alors c'est le nom de la lettre qui fait référence.

Il y a encore que Miochette aime la copie et la recopie. Les mains dans la vaisselle/la lessive/les serpillères, je ne vais pas tout laisser en plan quand elle réclame à écrire. Aussi, depuis mon poste devant l'évier, je peux lui dicter les lettres qu'elle connait déjà, et lui en décrire d'autres, déjà rencontrées, mais encore étranges*.

Et puis, z'avez déjà épelé un H en public ? Ce H omniprésent, l'apprentissage de l'alphabet par le nom des lettres lui rend justice, tout comme aux W, X et Y (et j'en oublie).

Dernière chose, peut-être purement réac', je souhaite que l'orthographe prime sur l'onomatopée. J'aime "onomatoper" quand j'écris, vlan, pan, crac, boum, plouf, c'est drôle, mais j'ai commencé par être aussi bonne que possible en orthographe (là, le possible de chacun est propre à chacun, et jamais je ne poserai un jugement sur une bonne volonté pleine de phôtte), avant de jouer avec une plume gouailleuse.

26 lettres à apprivoiser, c'est comme bien lacer ses patins avant de s'élancer sur la glace.




Ma référence, déjà citée à plusieurs reprises : Apprendre à lire en famille de Marlène Martin.

* Décrire une lettre et son tracé est un jeu particulièrement efficace pour s'auto-corriger dans sa façon de transmettre.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire