jeudi 26 janvier 2017

Steiner, le mot a été lâché... Oui, mais quoi ?

Après observation de la Mioche et courte discussion hautement instructive avec Monique du Chant des Fées sur les enfants précoces, j'ai décidé en septembre (ou avant) que nous aborderions cette année d'instruction en nous inspirant de la pédagogie Steiner-Waldorf. Constatation : cette pédagogie permet au cerveau assoiffé de la Mioche d'être abreuvé, sans pour autant répondre à son besoin de savoirs par une fuite en avant aux effets délétères à long terme. 

Les enseignements fondamentaux sont donc répartis en bloc d'étude sur l'année (attention, on parle de connaissances fondamentales, pas de thématiques, la finesse du curriculum Steiner se situe là).

Avant de reprendre les travaux d'écriture, nous avons donc travaillé le dessin de forme durant deux semaines. Ligne, point, arc, cercle, ovoïde, vagues, bol, polygones, quadrilatères, triangles...

Chez nous, le premier effet kisskool de la réintroduction des leçons se fait toujours remarquer  : plus d'errances ou de ces moments inconsistants où la mauvaise humeur gagne faute d'organisation cognitive. Tara vit en Gris Arc-en-ciel, non pas qu'elle ne sache se poser d'elle-même pour se construire un savoir-faire (le questionnement d'une copine unscho qui s'interrogeait sur "le système" mis en place) mais elle a besoin en plus de ses apprentissages informelles de défis à relever.

Le dessin de forme

Tara utilisait au début (septembre) de mauvais crayons de cire pour le dessin. Bon, ça faisait le job, hein, m'enfin, le rendu était peu satisfaisant, et de simples crayons de couleur ont fini par les remplacer. Pour le second bloc de dessin, j'ai mis à sa disposition ma palette de craies "carrés Conté", et un beau carnet de papier Kraft. Alors voilà, quand on veut un beau dessin, il faut de belles matières !
Après quelques tâtonnements dans le premier bloc sur le support à utiliser pour présenter les formes,  j'ai fini par utiliser des cartes découpées dans du Canson noir. Cartes sur lesquelles sont tracées les formes (au carré Conté donc), et que j'offre comme une surprise chaque jour (une par jour travaillé pendant deux semaines). Nous avons aussi épinglé au mur nos cartes favorites.

Dans notre premier bloc (deux semaines), nous avons vu des formes simples, ouvertes ou fermées, que Tara utilisait ensuite d'elle-même dans ses dessins libres.

Dans le second bloc de dessin (mais le troisième bloc d'étude, en début d'hiver), nous avons dessiné des échos et des métamorphoses, avec alternances et dégradés de couleur. C'est un travail de précision qui a fait beaucoup de bien à la petite : réfléchir son geste, penser son mouvement, la destination finale du trait.

La lecture et l'écriture

Nous avons repris en octobre là où la petite s'était arrêté en juin, et après un court travail sur des petites phrases très simples et de nouvelles syllabes, elle a enfin pu ouvrir La clé des champs de Jacqueline Buisson. Elle réalise ainsi réellement le fait qu'une page imprimée lui apporte le sens d'une historiette, elle peut sentir cette vérité, et non plus seulement la supposer. Nous avons avancé très doucement, parfois une seule ligne par jour, mais toujours en s'imprégnant totalement du sens du texte, simple, poétique, et très proche de ce que vit Tara. Et elle a rencontré Maurice Carême dans sa première poésie apprise par cœur. On pourrait même dire apprise avec le cœur, par la joie que lui a apporté Mon petit chat. Beaucoup de fou rire aussi, parce que notre chat se régale avec des abricots secs et vole sans vergogne des bouts de biscuit.
Elle a peu écrit, mais le travail a été à chaque fois consciencieux.

Après une période de pause, nous reprenons La clé des champs avec cette fois encore des histoires qui touchent Tara dans ce qu'elle observe au quotidien, poules et coq. Oui, parce que nous avons maintenant un petit poulailler. Nous commençons l'apprentissage d'une seconde poésie, qui tient bien plus de la comptine, et que nous récitons à deux voix. 

Les nombres

Tara a avancé à petits pas dans les fichiers CP du GRIP, en leçon secondaire à la mode Steiner, la numération de 0 à 9 et la géométrie au CP. Pas de prise de tête, on donne le temps au temps.

Le conte

C'est à travers le conte que l'enfant va découvrir et lire le monde qui l'entoure. Le conte donne les clefs du Bon et du Mauvais, du Blanc et du Noir, mais aussi du Rouge et du Gris, le conte présente les paysages qui peuvent être ceux de notre campagne comme ceux des rêves de l'autre côté de la Terre. Le conte va amorcer une conscience historique, avec des grands-mères et des fils, avec des il y a très longtemps, et des il était une fois, des un jour. Le conte amène à la lecture des cartes des étoiles, il amène à la plantation des semis, à la construction géométrique d'un pays de papier et de carton. Le conte amène l'enfant à la réflexion philosophique. Le conte repose aussi.
Qu'avons nous lu ? Des légendes du Soleil, de la Lune et des étoiles, des contes et légendes celtiques, d'Amérique du Sud, des contes de Grimm, Harry Potter à l'école des sorciers, des contes de Perrault, l'histoire des Turlutins, des contes d'Andersen, des classiques du Père Castor...

Le corps et la musique

Les cours de danse classique ont repris fin septembre. La professeur est fantastique, dans sa méthode, sa passion, son amour des enfants, dans le respect du rythme et de la croissance des fillettes.  

***

Nous sommes déjà à la fin du mois de janvier, l'anniversaire des 6 ans de la Mioche est passé, et petit à petit nous pourrons observer les premiers frémissements de Dame Nature et le lent réveil de la Forêt. Je réfléchis donc, puisque nous sommes donc entrées dans un bloc "Lettres", à la pertinence du bloc suivant.


3 commentaires:

  1. Papillons et libellules2 mars 2017 à 13:31

    Coucou.
    Je découvre ton blog grâce à ton billet de ce matin ;)
    Je suis dans le même genre de problématique avec ma grande de 9 ans (peut être pour ses sœurs , je ne sais pas trop , certaines choses m'interpellent mais ce n'est pas flagrant comme C) et ce n'est pas de tout repos ;)
    Peut-être as-tu vu mon post sur le sujet ,,sur le forum ?
    Je constate que tu as démarré le grade 1 en avance.
    Est-ce que tu adaptes à son âge ou est-ce que tu suis une première année " classique "?
    ( ici je pense commencer en septembre avec les puces - qui auront 6 ans et demi - mais , à les voir apprendre toutes seules , je pense qu'elles seront très en avance sur le grade 1, ça va demander pas mal d'adaptation ...)
    Avec C, nous allons démarrer le grade 4 sous peu, j'ai vraiment le sentiment que ça lui parlera davantage.
    Bref, à voir .

    Je digresse sur ton blog , pardon ;)
    Mais je pense que tu es passée par les mêmes prises de tête , pardon, questionnements , que moi...

    Bonne journée Enid.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu ta question sur le forum, et c'est pourquoi j'ai écrit quelques billets très courts ces derniers jours (notamment Punkschool II et III). Ils ne suffisent pas à décrire l'adaptation, l'aménagement, le délicat jeu du funambule toujours à courir après le bout de son fil, c'est sûr. J'essaie de faire un article un peu plus nourri aujourd'hui.
      Merci pour ta visite et ton commentaire, ça fait très plaisir !

      Supprimer
  2. Papillons et libellules3 mars 2017 à 08:54

    Ok ;)
    "Le délicat jeu du funambule toujours à courir après son bout de fil "
    C'est ça , c'est exactement ça !
    Je crois que je vais te lire souvent ...

    RépondreSupprimer