samedi 14 février 2015

Le samedi matin

J'aime le samedi matin. La moitié des excités de la semaine dorment encore dans leur maison aux volets clos, les autres flânent dans leur cuisine ou sur leur perron, les givrés du bocal courent en tenue moulante et se font huer par les chiens malpolis et goguenards du hameau (non, les chiens n'aboient pas méchamment, ils se moquent, tout simplement, comme de vilains garnements).
Les paysans et les bucherons sont à la tâche.
Chez nous, le samedi matin est consacré au rangement et au ménage. Rien de bien extra-ordinaire, juste une chasse aux objets pernicieux qui n'auraient pas regagner leur pièce respective à temps, une poursuite des petits bouts de cartons, de papier, de fils, de moumouttes que Miochette et sa chienne prennent un malin plaisir à coincer dans les endroits inaccessibles à un simple balai (déjà bien éprouvé par ailleurs). Un nettoyage des bureaux, pour faire disparaitre toutes ces preuves de flagrant délit de projections de peinture, de goûter à la confiture, de collage en dehors des limites autorisées du bord de la feuille de papier...
Le samedi matin, c'est le jour du courant d'air, celui qui traverse la maison de part en part, emplissant toutes les pièces du chant des oiseaux.

Et le samedi après-midi...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire