mardi 1 septembre 2015

#notrenonrentreescolaire

Sur une invitation des Échappés du bocal...

Il y a une semaine, j'ai envoyé sur les roses le père de la mioche.
"Alors on s'arrange comment pour l'école. C'est le 2, hein, c'est ça.
- On va pas recommencer pas les conneries, une fois ça va.
- Quoi une connerie ?
- Oui. Elle n'ira pas à l'école.
- Mais elle a envie d'y aller !
- Laisse tomber."

La mioche n'a pas envie d'aller à l'école pour l'école. Elle veut jouer avec ses potes.
Elle a besoin de passer librement de l'intérieur d'un bâtiment à l'extérieur, et de faire le chemin inverse, tout en jouant avec ses potes, et surtout pas sous la direction d'un adulte.

Elle suit son rythme naturel, 21h30, au plus tard 22h au lit, et réveil à 9h, 9h20, au plus tard 10h du matin. Et puis c'est du non-stop jusqu'au soir.
La mioche s'alimente à son rythme, elle boit de la tisane par petites gorgées tout au long de la journée*.

Et la mioche est qualifiée d'épanouie, adorable, polie, sociale, sociable, pile électrique, énergique, volontaire, curieuse, ...

Il y a quelques jours, j'envoyais péter une voisine qui me certifiait que l'école était obligatoire, malgré ma citation (presque par coeur à force) de la loi française.

Je vais envoyer bouler beaucoup de monde si ce beaucoup de monde s'obstine à causer école de la République à la mioche. Personne ne s'intéresse à ses centres d'intérêt, qui couvrent approximativement tous les domaines de la recherche scientifique et de la littérature. Non, ça fait deux ans qu'elle n'entend plus parler que d'école. Alors, plus de pitié, j'vais envoyer bouler. Bouler les gens sans imagination. Bouler les relous donneurs de leçons. Bouler le connard qui sait mieux que moi sans en bran*** une au quotidien pour sa mioche.

C'est moche hein, pour un si beau 1er septembre.
J'cause moche, je m'épargne l'effort des pensées bienveillantes envers ceux qui se foutent de ma gueule.

Mais l'enfance de la mioche, on ne la vivra qu'une seule fois ensemble.





* Durant le mois passé à l'école maternelle, elle en sortait chaque jour assoiffée comme un chameau éreinté d'avoir traversé un désert, et descendait une petite bouteille d'eau presque d'une seule lampée.

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Voui. Ces personnes ont eu la malchance de venir me chatouiller en pleine convalescence.
      Quand lamama fâchée, lamama toujours faire ainsi.

      Supprimer