mercredi 24 janvier 2018

Nichée au creux de l'ancien massif de fougères spécial ronces, notre maison de toile remplit son office, plus qu'un abri, un vrai foyer.

C'est tout petit, ça résiste aux tempêtes, tellement petit que tout est à portée de main. Si petit que nous profitons pleinement de toutes nos choses, et qu'on y perd rien, ou presque.

Le chat, les chiennes, le coq ont bien emménagé dans nos nouveaux quartiers. Le chat mange les souris surnuméraires trop téméraires, les chiennes courent les bois à la tombée du jour; le coq part seul en vadrouille par le chemin creux, en vrai coureur des bois.

Novembre sous la tente sans poële à bois fut râpeux.

Décembre nous laisse le souvenir d'une douce tiédeur, de petits déj' au lit, d'abus de café et de sciure de bois.

Janvier passe, détrempé dehors; chaud dedans, et nous gagnons en confort dans notre désormais dénommée Huttentourte, concept novateur et farfelue d'une yourte conçue dans une tente militaire aux allures de hutte.

Contrairement à ce qu'annonce le billet précédent, qui avait été programmé depuis des éons, nous ne sommes pas en vacances, bien au contraire. Novembre et décembre ont été léger en termes d'instruction en famille. Si nous avons profité de chaque matinée libérée pour travailler, en étant les plus régulières possibles, nous avions trop la tête farcie des pressions subies par le maire et les assistantes sociales pour faire preuve de grande concentration. Mais ce choix d'alléger notre programme quand tout a été chamboulé fut le bon, nous avons attaqué le 8 janvier un beau bloc littéraire avec avidité.
Ainsi, jusqu'à la fin du mois de janvier, Tara découvre une autre façon de travailler, très scolaire, dans un manuel de lecture cp-ce, le Bateau-livre. Au rythme d'une double page de lecture et questions associées et une double page de document et petits jeux, la mioche travaille lecture, narration, écriture, dessin et vocabulaire.
Et nous commencerons février avec un retour à l'approche sensible Steiner-Waldorf.

Je saute ici sur l'occasion d'accéder à internet pour vous pondre un billet rapide et non préparé. L'organisation s'affinant, j'aurai désormais une connexion plus fréquente. Et la possibilité de charger des photos. Parce que chez nous, c'est beau.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire